Bandeau inférieur

Entreprises/Le secteur du Commerce

Le commerce, une tradition de développement durable

Publié le 05/12/2014

Activité traditionnelle en Touraine, le commerce reste aujourd'hui un secteur économique important et un équipement essentiel à l'aménagement du territoire et au développement durable. Grossistes et détaillants confondus, le commerce (voir définition) compte en Touraine plus de 7 000 établissements et 27 600 salariés.

Avec près de 4 000 points de vente, les commerces de détail représentent les deux tiers des entreprises commerciales du département et 60% de l'emploi salarié du secteur. La très grande majorité de ces détaillants sont des commerces de moins de 300m² de surface de vente qui totalisent en Touraine près de 11 500 emplois (salariés et non salariés).

Répartition des emplois du commerce de détail sédentaire
de moins de 300 m² par secteur d'activité
en Indre-et-Loire en décembre 2009


Pour fonctionner correctement, les graphiques nécessitent la dernière version de Flash Player à télécharger gratuitement sur le site www.adobe.com/fr/products/flashplayer

Toutes surfaces de vente confondues, la densité commerciale du commerce de détail avoisine 1,8m² par habitant, elle recouvre cependant de fortes disparités géographiques, entre zones rurales et urbaines. Le commerce urbain a suivi les grandes tendances nationales : concentration de la distribution, développement des centres commerciaux en périphérie, apparition des grandes enseignes spécialisées et accroissement des surfaces de vente dans tous les secteurs. Ainsi, fin 2013, les 22 communes de Tour(s)plus regroupent 68% du plancher commercial du département (en surface de vente). Le commerce s’articule autour de 7 pôles principaux (voir carte) dont l’attractivité, par la richesse et la diversité de l’offre, rayonne sur tout le département voire au delà.


Chiffres Clés - Commerce
(Sources : Insee Sirene, URSSAF - OE2T Mise à jour 12/2014)
Le commerce en Indre et Loire
(Sources : INSEE et Pôle emploi)
Nombre d'établissements
(Source : INSEE - fichier Sirène au 1/1/13)
6742
Nombre de salariés
(Source : URSSAF au 01/01/14)
27 321
      - dont commerce de gros
        (code NAF 46)
1 574 établissements
7 890 salariés
      - dont commerce de détail
        (sédentaire et non sédentaire)
        (NAF 47, y compris boulangeries,
        pâtisseries et charcuteries
        NAF 1071C, 1071D et 1013B).
4 281 établissements
14 979 salariés
      - dont commerce automobile
        (code NAF 45)
887 établissements
3 210 salariés

Imprimer

(Source : OE2T - fichier COMMETT 12/2013 - Mise à jour 12/2014)
Le commerce de détail en Indre-et-Loire
(Source : OE2T - fichier COMMETT 12/2013)
Le commerce de détail sédentaire (1) :
- De moins de 300 m²
 
de surface de vente (en déc. 2013)
3 618 établissements
11 487 emplois
dont 8 554 salariés
  Densité commerciale 
  (nombre de m² pour 1000 hab.)
400 m²
- De plus de 300 m²
  de surface de vente (en déc. 2013)
461 établissements
9 960 salariés
  Densité commerciale 
  (nombre de m² pour 1000 hab.)
1 370 m²
Le commerce de détail non sédentaire en 2013 :
- Nombre de marchés hebdomadaires
130
- Nombre moyen d'étals par marché
  hebdomadaire
27
Le commerce automobile en Indre-et-Loire
(Source : OE2T - fichier COMMETT - 12/2013)
Le commerce automobile
à destination des particuliers (2)
696 établissements
3 254 salariés
(1) Le fichier COMMETT prend en compte les commerces et services disposant d'une surface de vente ouverte aux clients.
(2) Le fichier COMMETT du commerce automobile ne tient compte que des activités de vente et/ou de réparation destinées aux particuliers.

Imprimer

Indicateurs conjoncturels

- évol. CA commerce

- immat. véhicules neufs

Documents à télécharger

Liste des marchés hebdomadaires en Indre-et-Loire en 2013

Ed. Février 2014 (5 p.)
Stats - publié le 14/02/2014

Les commerces du secteur sauvegardé de Tours

Ed. Septembre 2012 (1 p.)
Carte - publié le 11/06/2013

Les mutations du commerce sur le secteur sauvegardé de Tours - Etude 1996-2012

Ed. Avril 2013 (41 p.)
Etude/Analyse - publié le 11/06/2013

Les marchés hebdomadaires en Indre-et-Loire

Ed. Octobre 2011 (16 p.)
Etude/Analyse - publié le 15/11/2011

Fichier Excel des marchés hebdomadaires en Indre-et-Loire en 2013

Ed. Février 2014
Stats - publié le 14/02/2014

Base documentaire de l'OE2T


Liens utiles

Fiche entreprise
Fichier des entreprises
d'Indre-et-Loire de la CCI Touraine (secteur privé)

Annuaire des marchés en Indre-et-Loire sur le site www.marchesdefrance.org

CCI Touraine
Chambre de Commerce et d'Industrie

www.achat-tours.com
Les commerçants de Tours et son agglo en un clic

Syndicat des Commerçants des Marchés de France en Touraine


Les mutations du commerce sur le secteur sauvegardé de Tours - Etude 1996-2012

Publié le 11/06/2013

Créé en 1973, le secteur sauvegardé de la ville de Tours a été étendu en 2012 afin d’y intégrer les immeubles du XIXe siècle des boulevards Béranger et Heurteloup, la Cité Mame, le secteur de la rue Lamartine et ses maisons du XVe siècle ainsi que la partie Sud de la rue Blanqui. Le périmètre ainsi constitué s’étend sur environ 150 hectares. L’étude réalisée par l’OE2T propose un éclairage sur les mutations du commerce dans ce périmètre entre 1996 et 2012.

Le secteur sauvegardé englobe une majeure partie de l’hyper-centre de Tours et présente la particularité d’accueillir une forte densité commerciale. Les 1 154 établissements qui composent cet appareil commercial représentent 4 335 emplois (dont 3 356 salariés), soit 41% des emplois commerciaux de la ville de Tours et 12% de Tour(s)plus.


Entre 1996 et 2012, le commerce a connu des mutations importantes
qui ont changé le paysage de l’offre commerciale. Souffrant de la concurrence des grandes surfaces situées en périphérie et de la montée du e-commerce, le commerce de centre-ville s’est adapté aux nouveaux comportements d’achats.

- Le secteur sauvegardé a vu le nombre de ses commerces baisser de 5%. Ce chiffre cache cependant des disparités selon les secteurs d'activité et les zones géographiques. L’équipement de la maison (-30,7% de baisse du nombre de points de vente), le secteur culture loisirs (-20%), l’alimentation (-16,4%) sont en recul. En revanche, les CHR (+3,3%), l’équipement de la personne (+4,9%) et l’hygiène santé beauté (+25,2%) confirment leur prédominance et connaissent une embellie grâce, entre autre, à l’émergence de nouveaux types d’offres comme la restauration rapide ou les soins à la personne. Le nombre de commerces est resté relativement stable sur les principales rues commerçantes du secteur sauvegardé. Cependant, certaines rues comme la rue de la Scellerie ou la rue Georges Courteline voient leur nombre de commerces baisser alors que la rue Bernard Palissy gagne des points de vente.

Les surfaces de vente (hors cafés-hôtels-restaurants) se sont accrues de 3,9%. Ceci est dû à la fusion de locaux commerciaux liés à l’implantation d’enseignes nationales qui s’installent dans des locaux de taille plus importante. En 16 ans, les magasins à enseigne nationale sont passés de 177 à 251, soit une augmentation de 40%. Ils se sont essentiellement installés aux abords de la rue Nationale (les grandes enseignes étaient déjà très présentes rue Nationale en 1996).

Télécharger la carte des commerces du secteur sauvegardé de ToursCliquer pour télécharger le plan du secteur sauvegardé de ToursL'activité commerciale du secteur sauvegardé est caractérisée par la prédominance des CHR (cafés, hôtels, restaurants) et des commerces d'équipement de la personne(prêt-à-porter, bijoux, chaussures…) qui occupent respectivement 30% et 22% des locaux commerciaux. Elle est organisée en artères autour de la rue Nationale qui détient à elle seule 12% des commerces du secteur.


En savoir plus : Télécharger l'étude OE2T "Les mutations du commerce sur le secteur sauvegardé de la ville de Tours entre 1996 et 2012"

- Un zoom sur les 4 principales rues commerçantes du secteur sauvegardé de Tours (rue Nationale, rue Colbert, rue des Halles et rue du Commerce) est également disponible : Télécharger l'analyse

- Plus globalement l'OE2T a publié en juillet 2012 une analyse sur les activités et emplois au sein du secteur sauvegardé élargi de la ville de Tours : Télécharger l'analyse


Des marchés de plein air dynamiques

Publié le 15/11/2011

L'Indre et Loire bénéficie d'une forte densité de marchés de plein air qui vient renforcer la desserte des bourgs, notamment en zone rurale. Entre 2004 et 2010, cette offre non sédentaire est restée globalement stable (132 marchés hebdomadaires en 2004 contre 130 en 2010). Cependant, d'après les mouvements observés sur 6 ans (créations et suppressions), les communes de plus de 1000 habitants gagnent des marchés (70% des créations) au détriment des communes rurales moins importantes. Cette forme de vente de proximité, valorisant les produits locaux, n'en demeure pas moins très dynamique en Touraine : les ménages tourangeaux y dépensent 5% de leur budget alimentaire contre seulement 3,6% au niveau régional.

En savoir plus :
Télécharger l'étude OE2T "Les marchés hebdomadaires d'Indre-et-Loire" Evolutions entre 2004 et 2010 - Place des marchés dans le budget des ménages tourangeaux - Octobre 2011


Annuaire des marchés d'Indre-et-Loire sur le site : www.marchesdefrance.org
Syndicat des Commerçants des Marchés de France en Touraine :
www.achat-tours.com/marches-en-touraine


Les modalités de livraison des commerces situés sur le tracé du tramway - Enquête

Publié le 18/10/2010

L'OE2T vient de publier les résultats de l'enquête* sur les modalités de livraison des commerces situés sur le tracé du futur tramway. 457 établissements des communes de Tours et Joué-lès-Tours, ont ainsi été interrogés en avril 2010 sur les horaires, la fréquence, la durée de leurs livraisons ou encore sur la taille des véhicules de livraison, leur mode de stationnement...

En savoir plus :Télécharger les résultats de l'enquête "Modalités de livraison des commerces situés sur le tracé du futur tramway" ; consulter le site "www.tram-tours.fr"

* Cette enquête a été mise en place par la mairie de Tours en collaboration avec la mairie de Joué-lès-Tours et le SITCAT.


L'implantation d'IKEA à Tours : quel impact sur le commerce tourangeau ?

Publié le 15/12/2009

Le projet et l’implantation du magasin IKEA avec ses imposants 17 000 m² ont créé l’évènement. En quelques mois, l’enseigne s’est parfaitement insérée dans le paysage commercial tourangeau. Ainsi, depuis cette ouverture, le secteur du jeune habitat s’impose désormais sur un marché dominé auparavant par l’ameublement traditionnel.
 
L’enquête de clientèle effectuée sur 2 panels distincts (une clientèle locale vivant dans l’Unité Urbaine de Tours et une clientèle externe) montre que les autres commerces bénéficient en partie de cette aura.

Il est trop tôt pour parler d’un changement notoire des habitudes d’achats des résidents de l’agglomération tourangelle qui serait lié à la présence d’IKEA. Mais l’enquête démontre que plus la clientèle « locale » résidant dans l’agglomération tourangelle est fidèle au magasin IKEA, plus elle est enclin à fréquenter des lieux d’achats situés à proximité de l’enseigne. Est concerné en premier lieu le centre commercial Les Atlantes situé en face. L’enquête révèle que les commerces d’équipement de la personne, l’hypermarché et les restaurants des Atlantes bénéficient de la fréquentation des clients de l’enseigne suédoise.

Répartition des clients du panel "clientèle externe" *
par département d’origine
Source : OE2T et ISEME (Groupe ESCEM)
Enquête auprès de la clientèle du magasin IKEA Tours en avril 2009

* Clients résidant hors agglomération de Tours
(hors unité urbaine de Tours)

La clientèle ne résidant pas dans l’agglomération tourangelle effectue en moyenne 110 km pour se rendre dans le magasin IKEA. Le premier département d’origine de cette clientèle « externe » est la Vienne. L’Indre et Loire, hors agglomération de Tours, est en seconde position. Les autres provenances sont les départements limitrophes, Sarthe, Loir et Cher, Indre, Maine et Loire ainsi que le Loiret et le Cher. 35% de ces clients « externes » interrogés venaient à Tours pour la première fois, et pour 59%, IKEA était la motivation de leur déplacement. Par ailleurs, 36% d’entre eux avaient effectué d’autres achats sur les pôles de l’agglomération, ou avaient l’intention de le faire après leur visite chez IKEA. Parmi les bénéficiaires de ces achats, se trouvent les commerces du centre ville de Tours pour le shopping et la restauration et, sur les mêmes secteurs, les commerces du tout proche centre commercial des Atlantes.

La zone commerciale de la Vrillonnerie à Chambray-les-Tours qui présente une offre en équipement de la maison importante et diversifiée, bénéficie également de la clientèle locale ou externe drainée par IKEA venue soit comparer l’offre, soit compléter ses achats.

En savoir plus :
Télécharger l'étude "L'impact de l'implantation d'IKEA sur le commerce tourangeau" - Parution novembre 2009